ARTISTE BEN VAUTIER

 

BEN est né à Naples. Il vit une partie de son enfance à Smyrne, à Alexandrie, à Lausanne et arrive à Nice à quatorze ans. En 1955, il rencontre Robert Malaval, avec qui il ouvre une boîte de nuit qu’ils appellent le Grac. En 1958, il ouvre à Nice une petite boutique de disques d’occasion, Laboratoire 32, dont il décore la façade d’une accumulation d’objets hétéroclites. Pendant des années 1959-1960 son magasin devient un lieu de rencontre pour tous les jeunes « qui font du nouveau ». En 1965, il crée une galerie sur la mezzanine du magasin, qu’il nomme Ben doute de tout.

En 1958, Ben cherche à faire du nouveau. C’est Klein qui l’incite à utiliser les mots dans la peinture pour dire quelque chose, « pour y mettre (sa) recherche de la vérité ». À ce moment là Ben est encore un admirateur d’Isidore Isou. 

En 1962, il va à Londres où il rencontre George Maciunas, qui l’invite à rejoindre le groupe. Ben, devient un des membres les plus actifs de Fluxus. Il réalise des happenings, des actions, des performances et il publie de nombreux textes.

En 1966, Filliou et George Brecht ouvrent la Cédille qui sourit à Villefranche où Ben réalise sa première exposition.

Au début des années 1980, au retour de Berlin, il rencontre de jeunes artistes (Robert CombasDi RosaFrançois BoisrondRémi Blanchard, etc), dont il baptise le mouvement Figuration Libre

Il écrit régulièrement dans de très nombreuses publications autoéditées, dans ses news-letters et sur son site web. Il y donne pêle-mêle, son avis sur le monde de l’art, l’actualité politique ou culturelle, sa vie, etc.

Ben a aussi publié plusieurs recueils poétiques, dans l’esprit de la Beat Generation. Il a également participé à la rédaction de ‘’La Clef’’, atlas ethnolinguistique notamment rédigé par des membres et sympathisants du parti nationaliste Occitan. Ben soutient l’Occitanie Libre et le concept d’un peuple basque libre. Il est contre le génocide linguistique, contre la suppression des groupes linguistiques par les puissances dominantes. Il pense que son art peut promouvoir ces idées, et que l’art peut proposer des transformations radicales de la perception de la beauté ou de « l’époque dans laquelle nous vivons ». 

Il vit et travaille depuis de nombreuses années sur les hauteurs de Saint-Pancrace, colline niçoise où sa maison, chef-d’œuvre personnel se fait remarquer dans le voisinage. Ben décore sa façade avec n’importe quoi.

En février 2010, il décide de soutenir la candidature d'André Aschieri alors tête de liste Europe Écologie pour le département des Alpes-Maritimes sur la liste de Laurence Vichnievsky à l'occasion des élections régionales en régionProvence-Alpes-Côte d'Azur. (SOURCE WIKIPEDIA)

Retrouvez sur ARTGOODIES Cahier – trousse – Papeterie – bloc note – porte stylo – sac à dos – sac besace – dessous de main

Laisser une réponse

comment-avatar

*