ATLAN

"Je ne suis pas abstrait ni du point de vue du climat de mes oeuvres, ni du point de vue « exécution ». Une forme m’intéresse seulement quand elle vit (ou alors quand j’ai réussi à la faire vivre) et alors elle n’est plus abstraite : elle est vivante !" Jean-Michel Atlan

L'artiste peintre français Jean-Michel Atlan naît le 23 janvier 1913 à Constantine en Algérie. Il décède le 12 février 1960 à Paris.

Jean Michel Atlan étudie à Constantinople, puis vient à Paris en 1930 pour étudier la philosophie à la Sorbonne. Il prépare l’agrégation, tout en enseignant dans divers lycées de province jusqu’en 1940 avant d'être révoqué par le gouvernement de Vichy.

Son installation avec son épouse Denise en juillet 1941 au 16, rue de La Grande-Chaumière est déterminante pour lui. Dans ce quartier voué à la peinture, naît sa vocation picturale.

 

Atlan commence à peindre en 1941, en pleine guerre. Ses premières oeuvres sont expressionnistes. Il contacte la résistance et se fait arrêter par les allemands.

 

Il publie un petit volume de poésie en 1944 et expose pour la première fois à la librairie-galerie de l’Arc-en-Ciel, rue de Sèvres.

 

En 1945, il rencontre Gertrude Stein à Paris. Elle montre à Londres et à New York les oeuvres qu’elle achète et lui ouvre les portes de ses amis collectionneurs. Jean Michel Atlan a de nombreux admirateurs et amis dont Hans Hartung, Schneider, Pierre Soulages et Serge Poliakoff.

 

En 1950, Atlan est invité par la revue CoBrA à exprimer son point de vue sur l’art contemporain. Dès 1953, il connaît un succès grandissant au Japon où il a une importante influence sur la calligraphie japonaise abstraite. En 1956, il expose à la galerie Bing, sa première exposition solo à Paris depuis 1947.

 

De nombreux musées en France et à l’étranger acquièrent ses tableaux, dont la Tate Gallery de Londres et le Musée National d’Art Moderne de Paris.

Le Musée National d’Art Moderne de Paris lui consacre une rétrospective en 1963, le Musée de Tel-Aviv en 1964.

 Autodidacte, inclassable, venu à la peinture sur le tard, ni figuratif, ni tout à fait abstrait, Atlan, par l’extrême singularité de son Art, exerce une influence prépondérante sur les peintres qui le côtoient.
 
Son langage, proche d’un expressionnisme abstrait, le rapproche du groupe Cobra. Ses peintures sont sévèrement construites, d’un graphisme sombre, noir épais, charbonneux, cernant des formes élémentaires courbes ou agressives matérialisées par des couleurs vives, dans un premier temps, puis qui s’adoucissent peu à peu. Le travail d’Atlan se fait sur les profondeurs de l’inconscient collectif, sur la symbolique des signes magiques.

Voir affiches d'Atlan

Laisser une réponse

comment-avatar

*