KANDISKY

 

 

Né à Moscou dans une famille aisée et cultivée, il commence par étudier le droit avant de renoncer tardivement à sa carrière universitaire pour entrer à l’Académie des Beaux-arts de Munich en 1896, après sa découverte de l’Impressionnisme – le tableau de Monet, Les Meules, est exposé à Moscou en 1895 ; il y reste quatre ans. Ses premiers tableaux sont d’essence naturaliste, cependant ses différents voyages dans toute l’Europe et un séjour à Paris en 1906-1907 lui font découvrir d’autres voies à travers Cézanne, Matisse et Picasso. Ses créations s’organisent alors en Impressions (dépendant de la réalité extérieure), en Improvisations et en Compositions (des Improvisations plus élaborées, s’appuyant comme celles-ci sur des images venues de l’inconscient). Composition VII, en 1913, est l’œuvre la plus importante de cette période.
En 1911, il fonde avec Franz Marc et des expressionnistes allemands Der Blaue Reiter (le Cavalier bleu), ils publieront un an plus tard l’Almanach du Cavalier bleu qui comprend en particulier un article de Kandinsky sur la question de la forme dans lequel il énonce que "la forme est l’expression extérieure du contenu intérieur" et qu’une forme n’est a priori pas meilleure qu’une autre. La même année, il édite Du spirituel dans l’art (traduit en français en 1949), premier traité théorique sur l’abstraction qui lui permet de se faire connaître et de répandre ses idées. Ce rayonnement sera complété par son activité de professeur au Vkhutemas de Moscou de 1918 à 1921, puis au Bauhaus de Weimar à partir de 1922 et de Dessau à partir de 1925 ; il rassemble les principes qu’il enseigne dans Point, ligne, plan en 1926. La théorie cependant est chez Kandinsky distincte de sa pratique qui suit son évolution propre : ce sont les textes autobiographiques (Regards sur le passéRückblicke, 1913) qui permettent l’approche la plus fine de cette dernière.
La guerre signe une crise profonde chez Kandinsky et il ne crée aucun tableau en 1915 et 1918, et peu en 1916 et 1917. Le souffle revient avec la révolution russe, il est alors occupé par de nombreuses fonctions officielles (en particulier la réorganisation des musées : il suggère de remplacer l’ordre chronologique par des catégories formelles) et des activités pédagogiques. En 1921, critiqué pour ses actions – notamment pour le programme du Inkhouk, Institut de la culture artistique –, il part en Allemagne pour enseigner au Bauhaus. Sa peinture est alors géométrique et colorée (Composition VIII ; Trait transversal, 1923).

 


Le Bauhaus aurait pu rendre possible aux yeux de Kandinsky son projet utopique de reconstruction d’un monde placé sous le signe du spirituel : il développera ses recherches dans la théorie comme dans la pratique, mais l’espoir va laisser place dès 1933 à l’Histoire, puisque le Bauhaus sera fermé par les nazis en 1933 : Développement en brun est le dernier tableau peint en Allemagne, en août 1933. Il s’installe alors en France, à Neuilly-sur-Seine, où il restera jusqu’à sa mort, en 1944.
Il reste le père de l’abstraction et a annoncé l’expressionnisme abstrait.

 

Voir affiche peinture Kandisky

Laisser une réponse

comment-avatar

*