Lydie Dassonville – Exposition « Animaux » aux Galeries Lafayette Nice Massena

Lydie Dassonville – Exposition « Animaux » aux Galeries Lafayette Nice Massena

Lydie Dassonville, artiste poétique – Exposition « Animaux » aux Galeries Lafayette Nice Massena

Lydie Dassonville referma les yeux juste après sa naissance en 1971. Valenciennes et sa fameuse dentelle (entre autres trésors) l’accueillirent et n’eurent pas à le regretter à ce jour.

En richissime escale à Nice depuis 2001.

Très rapidement indépendant elle enchaîne une carrière professionnelle variée atypique et pleine « d’humour de terrain », tout en passant un bac Arts Plastiques et deux années d’histoire de l’art à l’université. Visiblement incompatible avec le monde du travail elle reprend vidéothèque à son compte pour accroître ses capacités pulmonaires. Elle retirera de cette richesse cinématographique une inspiration évidente et immédiate pour son travail de plasticienne.

Une rencontre primordiale avec une artiste peintre lui fait découvrir l’énergie cinétique, celle-là même du mouvement, qui donna naissance à un intérieur de vie plus épuré, les toiles ayant quitté le nid pour une galerie belge. Le contenu très bien accueilli rebondit vite sur de nombreuses autres expositions, Lille, Bruxelles et leurs régions.

Elle ressent très vite le besoin d’évoluer en collectifs artistiques, et intègre le groupe valenciennois Bora-Bora (clin d’œil à la bourra, alcool de figue). « Le groupe » représente alors l’évidence d’une richesse de création plus accrue, l’échange constructif et une humanité primordiale. Elle ressent le besoin de redistribuer son expression artistique et intègre le street art dans son univers de création. Naissance alors de performances, installations, pochoirs et affiches dans les rues, actes « gratifiants ».

En 2001 elle s’installe à Nice. Après une escale aux « diables bleus », centre d’art et de création rasée par… la suite, elle crée en 2004 avec une poignée d’amis et d’artistes « Le Pigeonnier », lieu alternatif d’art contemporain, toujours en place à ce jour, au cœur de la vieille ville.

Inspirée par l’humain, le cinéma, la BD (forcément éveillée à cet art par la Belgique), la poésie, les mangas japonais, la musique, la publicité, l’humain et forcément inconsciemment l’histoire de l’art, mais régulièrement en quête de désapprentissage pour moins de parasitage créatif. Ne pouvant cependant désapprendre Duchamp, le mouvement Dada, Magritte, Hunderwasser, Misstic, Dali, Cocteau, Giger, Ernest Pignon Ernest , Lautrec, Chagall, Les génies du street art, Goya, Escher, Khalo, Ribera, Camille Claudel, Hokusai, Hiroshige, le kamasutra et l’origami.

20 ans de parcours artistique atypique, au grès de ses humeurs poétiques et engagées, mixant expos, performances et street art. Un style dans ses œuvres poétique, intriguant, symbolique et métaphorique et dans ses performances de l’humour, du partage et de l’engagement.

Laisser une réponse

comment-avatar

*